ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 

  LIBERTANCE 

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact  

 

 

Rubriques

Liens


LE SOUTIEN DE L'AFRIQUE NOIRE

ARAFAT L'AFRICAIN 
 
Une page se tourne dans l'histoire de la Palestine. Son chef charismatique, mi-terroriste mi-colombe de la paix, ne sera plus sauvé par sa baraka légendaire. Il ne reprendra plus la barre du navire errant palestinien. Errance qui a souvent conduit Yasser Arafat en Afrique. 
 
La veille de la dégradation spectaculaire de l'état de santé du président de l'Autorité palestinienne, Farouk Kaddoumi, chef du département politique de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), annonçait que le Raïs passerait sa convalescence en Tunisie. Retour aux sources programmé pour Abou Ammar - nom de guerre du leader palestinien - qui avait trouvé refuge en Tunisie dès 1982, après le siège de Beyrouth par Israël. Les quartiers-généraux de l'OLP y furent installés pendant 12 ans avant de réintégrer les territoires palestiniens à la suite des accords d'Oslo. L'Afrique blanche, Arafat le nomade l'avait déjà écumée. Au début des années 50, il poursuit des études d'ingénieur civil au Caire. En 1956, c'est en qualité de sous-lieutenant de l'armée égyptienne que le Raïs participe à la crise du Canal de Suez qui oppose l'Egypte à Israël, la France et la Grande-Bretagne. 
 
Yasser Arafat a bénéficié du soutien logistique de l'Afrique blanche, mais aussi du soutien moral de l'Afrique noire. Lorsque les soldats israéliens prennent d'assaut, en mars 2002, le quartier général du président de l'autorité palestinienne, des manifestations se multiplient en Afrique subsaharienne: Mali, Soudan, Niger, Congo, Mauritanie, Sénégal ou encore Nigeria. Une telle mobilisation pour un évènement non-africain est quasiment inédite sur le continent. «Chaque Africain porte en lui un peu de la Palestine», scande un manifestant de Bamako. 
 
L'Afrique noire, aussi "mal partie" que la Palestine, ressent comme une communauté de destin avec la Nation d'Arafat. A Gaza comme à Lagos ou Pretoria résonnent les mots colonie, autodétermination, reconnaissance d'un Etat, même si les frontières de celui-ci sont taillées à la serpette. Certains osent même un parallèle entre l'Apartheid et l'oppression du peuple palestinien. L'ancien pouvoir sud-africain ne qualifiait-il pas l'ANC (African National Congress) de ramassis de terroristes? Nelson Mandela, chef historique avant de devenir président, n'était-il pas stigmatisé comme Yasser Arafat? 
 
Le soutien africain est populaire et souvent politico-diplomatique. Arafat fut systématiquement invité - et souvent présent - aux sommets de l'Organisation de l'unité africaine (O.U.A.). Ce sont les lacunes en matière de savoir-faire médical qui auront finalement fait échouer le Raïs en Europe. 
 
 
Sources : Lien vers http://fr.allafrica.com/stories/200411120351.html>

(c) LES CHEVALIERS DU GRAAL - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 13.11.2004
- Déjà 5323 visites sur ce site!